Non précisé

Aide au diagnostic, choix du traitement le plus adapté et autres prouesses, l’intelligence artificielle s’impose depuis plusieurs années dans le domaine médicale et n’a de cesse d’étonner. Alors la technologie est-elle sur la voie de remplacer l’humain ? Non affirment les professionnels du domaines médicales. Moins...

  En 2016, un homme de 39 ans a été hospitalisé à Montpellier après avoir été infecté par le virus Usutu. Premier cas jamais observé en France, l’homme avait développé cette maladie tropicale à la suite d’une piqûre de moustique Culex qui avait été contaminé par des oiseaux migrateurs. D’autres cas ont depuis été observés dans d’autres parties de l’Europe et notamment en Croatie et en Italie. Cet épisode malheureux qui avait conduit à une paralysie faciale du patient pourrait devenir de moins en moins isolée. Les maladies tropicales en effet n’ont désormais d’exotique que leur nom puisque ces virus jusqu’alors absents en France métropolitaine ont fait, depuis quelques années, une apparition remarquée.

La trisomie 21 est une maladie qui touche 65.000 personnes en France. C’est l’anomalie chromosomique la plus fréquente au monde et se caractérise par la présence de 47 chromosomes au lieu de 46. Cette maladie a été découverte par le français Jerome Lejeune de l' Hopital Necker Enfants malades. Cette présence surnuméraire de chromosomes 21 entraine de nombreux dysfonctionnements comme des malformations cardiaques, digestives, oculaires ou urinaires. La maladie perturbe également le fonctionnement psychique comme l’apprentissage du langage qui est souvent tardif et laborieux. Related image

Séropositivité : vivre avec la maladie

  Une personne séropositive vit avec le virus du sida, le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), sans avoir pour autant développer la maladie et présenter de symptômes sérieux. Son quotidien n’est cependant pas celui du reste de la population, car parsemé de précautions à prendre, de traitements lourds et de combats constants. L’objectif premier est de tenir le virus en échec le plus longtemps possible, afin de prolonger la vie. Le deuxième, tout aussi important, est de prévenir à tout prix la transmission - que ce soit à un partenaire, ou un enfant.  Une lutte de tous les jours contre une maladie qui fait encore peur : les séropositifs doivent faire face à l’incompréhension de certains, aux condamnations des autres, à l’isolement surtout. 

 

DEFINITION

  Le lupus érythémateux disséminé ou lupus érythémateux systémique (LES) est une connectivite fréquente et d’expression clinique très variable, caractérisée par la production d’anticorps antinucléaires et particulièrement d’anticorps anti-ADN natif. Il peut être associé à la présence d’un anticorps antiphospholipides (APL) et à son corollaire clinique, le syndrome des antiphospholipides (SAPL) caractérisé par des thromboses récidivantes.

On ne vous le répètera jamais assez mais votre biologiste est irremplaçable ! Bien que certains autotests soient efficaces dans certains cas,beaucoup sont très peu fiables ou non validés et peuvent s’avérer dangereux…   Qu’est-ce qu’un autotest ? Il s’agit d’un dépistage que l’on peut faire soi-même. Il existe sur le marché des autotests pour dépister des allergies, le VIH, une infection urinaire, une carence en fer… Ils se vendent en pharmacie et sont très simples à utiliser.

Les progrès extraordinaires de la biologie moderne permettent aujourd’hui à chacun d’identifier l’ensemble des paramètres composant son métabolisme, ses prédispositions biologiques, et même son patrimoine génétique. Ainsi le bilan biologique permet grâce à des indicateurs multiples de porter à la connaissance du patient l’ensemble des paramètres qui définissent son patrimoine santé. En conséquence, le patient (malade ou en bonne santé) est désormais en meilleure capacité à contrôler sa santé et l’hygiène de vie qui doit l’accompagner.

Les reins ont pour fonction de filtrer le sang, et jouent entre autre un rôle essentiel de régulation (des quantités d’eau et de sel par exemple), d’élimination des toxines et de production et sécrétion d’hormones. Il est crucial de rester aux aguets en ce qui concerne tous les signes pouvant annoncer une maladie rénale, afin d’empêcher une destruction définitive de ces organes dont le dysfonctionnement peut se révéler fatal sans transplantation ou dialyse. Une surveillance biologique, par biais d’examens sanguins ou urinaires, est donc primordiale pour permettre un dépistage précoce – et ce d’autant plus que dans la majorité des cas, les personnes atteintes de maladies rénales ne commencent à présenter des symptômes qu’à un stade avancé de leur maladie.