Prélèvement sanguin : être à jeun, qu’est-ce que c’est ?

Pour être réellement à jeun, vous devez n’avoir absorbé aucune nourriture en forme solide ou liquide : depuis 8 heures si le jeûne est conseillé mais pas impératif – depuis 12 heures s’il est impératif. Donc, la veille au soir de l’examen, dînez léger et abstenez-vous de grignoter avant le coucher ; au réveil ne petit-déjeunez pas.

Pouvez-vous boire ?

Il est possible de boire de très faibles volumes d’eau plate, un café ou un thé sans sucre ni lait. Evidemment, toute boisson sucrée ou alcoolisé est proscrite, celles-ci contenant des nutriments (notamment des glucides) qui fausseraient les résultats.

Pouvez-vous prendre vos médicaments ?

Il est possible de prendre vos médicaments sauf si un dosage de médicament est prescrit (lithium, digoxine, …). Dans le cas de prise d’un anticoagulant, le biologiste vous demandera l’heure de dernière prise et le dosage.

Pouvez-vous fumer ?

Certains paramètres sont affectés par le fait de fumer. Par exemple, il ne faut pas fumer dans les 24 heures précédents un prélèvement pour le dosage des marqueurs anti tumoraux.

Pourquoi est-il important de respecter ce jeûne de courte durée ?

Pendant la digestion, le sang va se charger provisoirement de différents micronutriments provenant de la digestion des aliments. La présence de chylomicrons (globules graisseux en suspension) donne alors au sang un aspect laiteux pouvant perturber certaines techniques de dosage. Par conséquent, le respect de ces conditions de jeûne permet une meilleure interprétation des résultats et conduira donc à un diagnostic plus juste et plus précis.

Par exemple, la valeur des triglycérides (lipides provenant de la transformation de l’alcool et du sucre) peut augmenter jusqu’à 50% pendant la digestion.

Pour d’autres analyses, les valeurs de référence ont été déterminées sur des sujets le matin à jeun et par conséquent vos résultats sont comparés à ces valeurs de référence. Il est donc primordial d’effectuer ces analyses pour tout le monde aux mêmes conditions, c’est à dire le matin à jeun, au risque de rendre l’interprétation de vos résultats délicate.

Quel jeûne pour quelle analyse ?

Les examens pour lesquels le jeûne total est impératif :

  • Glycémie
  • Bilan lipidique (Cholestérol, Triglycérides)
  • Folates
  • Insuline

Les examens pour lesquels le jeûne est conseillé :

  • VS
  • Fer
  • Albumine
  • Acide urique

Les examens pour lesquels le jeûne est inutile :

  • Sérologies (BW, Toxoplasmose, Rubéole, Hépatites A, B et C, VIH);
  • Marqueurs tumoraux (PSA, ACE, CA 15-3,..)

Les examens nécessitant des conditions particulières :

  • Glycémie post-prandiale : à jeun depuis 12h puis prévoir de revenir au laboratoire 1h30 après la fin du petit-déjeuner ou du déjeuner
  • Glycémie post-charge ou test de Sullivan : prévoir de rester 1 heure au laboratoire
  • Hyperglycémie provoquée par voie orale ou HGPO : prévoir de rester 2 à 3 heures au laboratoire (selon prescription)
  • Prolactine : être à jeun, prévoir de faire l’examen entre 8h et 10h ; un repos de 20 minutes allongé au calme vous sera imposé avant le prélèvement et pas de repas riche en protéine depuis la veille
  • Cortisol : respecter l’heure prescrite (généralement entre 8 et 9 h)
  • Test au Synacthène : respecter l’heure prescrite (généralement entre 8 et 10 h)
  • Dosage de PSA : à distance de toute manipulation prostatique et de la pratique du cyclisme, 24 heures au moins après une éjaculation ou infection urinaire

A quel moment faut-il effectuer le prélèvement ?

Il est préférable de faire la prise de sang le matin (entre 7 et 9 heures environ), car la majeure partie des valeurs de référence s’appliquent à des prises de sang faites le matin à jeun.

S’il n’est pas possible de faire le prélèvement le matin, le moment de celui-ci doit être inscrit sur le formulaire de demande, pour que le laboratoire puisse en tenir compte dans l’interprétation du résultat. Pour les travailleurs de nuit notamment, appelez votre laboratoire.

Lorsque vous devez faire de façon répétée, à intervalles réguliers, les mêmes analyses, privilégiez les prélèvements au même moment de la journée et dans les mêmes conditions. Des variations du moment de la prise ou de la position lors de la prise peuvent influencer les valeurs, ce qui fausse l’appréciation de l’évolution.

A noter : en cas d’urgence vitale, le laboratoire peut pratiquer tous les examens prescrits même si vous n’êtes pas à jeun. Le médecin prescrit des analyses dans ce cas pour pouvoir réagir face à une éventuelle perturbation majeure. L’interprétation de ces résultats devra se faire en étroite collaboration entre le biologiste et le prescripteur.

Dans le doute, n’hésitez pas à contacter votre laboratoire qui est là pour vous accompagner, et vous fournira les précisions nécessaires sur les conditions à respecter avant votre prélèvement.

 

Scroll to top